Les langues de nos ancêtres #3 : le breton

Je termine cette série d’articles sur les langues régionales par la langue que je connais le mieux : le breton. Ayant mes racines majoritairement en Bretagne, j’ai naturellement déjà beaucoup parlé du breton; je vais donc essayer de me renouveler un peu ! Du coup, si vous voulez en savoir plus sur le breton et sa grammaire, je vous dirige vers cet article.

 

Ar brezhoneg : un point historique et linguistique

Le breton n’appartient ni aux langues d’Oïl, ni aux langues d’Oc dont je vous ai parlé auparavant : c’est une langue celtique, comme par exemple le gaélique irlandais.

langues celtiques
Schéma des langues celtiques

On voit que le breton appartient au sous-groupe des langues brittoniques, comme le gallois et le cornique, dont il est très proche. La gallois est parlé au Pays de Galles, et le cornique en Cornouailles, une région située à la pointe ouest de l’Angleterre.

cornouailles
La Cornouailles en rouge

La page facebook Brythonic Langues WYOTD compare différents mots dans les trois langues brittoniques afin de montrer leur similitudes, qui deviennent alors frappantes !

langues brittoniques
Comparaison des langues brittoniques

 

Ce n’est pas très étonnant quand on voit que toute les langues celtiques, hormis le breton, viennent de Grande-Bretagne. Au Vème siècle, avec le déclin de l’Empire romain d’Occident, des communautés entières de Britto-romains émigrent dans une partie de l’Armorique depuis les régions de l’ouest de la Bretagne insulaire. On sait aussi que de nombreux Bretons ont émigré vers l’Armorique pour d’autres raisons (voir cet article). Ainsi, les immigrés Bretons ont énormément influencé le breton actuel !

émigration
Flux migratoires des Bretons au VIème siècle

Par ailleurs, on peut constater que certains mots bretons ressemblent étrangement à l’anglais : kastell (anglais « castel « : château), karr (anglais « car » : voiture), tad (anglais « dad » : père, papa)…

 

Le breton aujourd’hui?

On estime le nombre de locuteurs d’environ 200 000 personnes, mais malgré tout, comme toutes les langues régionales, le breton est une langue en danger. En déclin depuis les années 50 avec la politique pro langue française mise en place notamment au sein des écoles, son usage au quotidien a diminué considérablement.

Les Ecoles bilingues Diwan ont vu le jour en Bretagne en 1977, une époque ou on commence à observer une renaissance du breton, notamment grâce à l’arrivée d’artistes engagés comme Alain Stivell. Il s’agit d’école bilingues, gratuites et laïques.

Aujourd’hui, on constate un net regain d’intérêt pour les langues régionales. J’ai déjà entendu un ancien, bretonnant de naissance, dire « ça ne sert plus à rien d’apprendre le breton aujourd’hui ».  Cela peut nous étonner de la part de quelqu’un dont c’est la langue maternelle ! Les anciens ont visiblement été pragmatiques, et ont naturellement intégré que le breton, c’était fini, et que la langue, aujourd’hui, c’était désormais le français. Étonnement, le regain pour le breton paraît plus fort chez… les jeunes ! En effet, l’usage du breton se démocratise et se propage sur Internet.

Une web TV, Brezhoweb, a en effet vu le jour en 2006. Ils diffusent des programmes en breton : jeux télévisés, émission, et même dessins animés pour enfants !

Le midi, si vous jetez un œil du côté de France 3 Bretagne, peut-être tomberez-vous sur le journal local en… breton ! Il s’agit du JT local An Taol Lagad, une édition en langue bretonne sous-titrée français. Pratique pour apprendre le breton tel qu’il est parlé !

Certains navigateurs, comme Firefox, proposent désormais une version en breton, et les moteurs de recherche Qwant et Google ont aussi leur version bzh ! Sachez aussi que même le géant Facebook s’est mis au breton, ravissant les brittophones qui attendaient cela depuis longtemps ! Ces traductions peuvent voir le jour grâce à la participation collaborative des locuteurs.

Il semblerait que de nombreuses personnes soient motivées à propager le breton grâce aux nouveaux médias. La langue s’est par ailleurs adaptée et possède aujourd’hui de nouveaux mots, tels que « ordinateur », « moteur de recherche »…

Enfin, l’Office public de la langue bretonne (Ofis publik ar brezhoneg) fait beaucoup d’efforts, en mettant en place des formations à la langue, des outils linguistiques tels que des traducteurs…

 

Sources :

https://www.facebook.com/BrythonicWOTD/

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_Diwan

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89migration_bretonne_en_Armorique

www.brezhoweb.com

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brezhoweb

http://www.fr.brezhoneg.bzh/

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/emissions/jt-local-1213-taol-lagad

https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_celtiques

https://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_brittoniques

https://www.blogdumoderateur.com/firefox-en-breton/

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-un-moteur-de-recherche-en-breton-4908329

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/10/07/01016-20141007ARTFIG00168-la-langue-bretonne-debarque-sur-facebook.php

 

Justine 🖋


4 réflexions sur “Les langues de nos ancêtres #3 : le breton

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s