U comme Un petit tour à Pontrieux

 

 

 

Pontrieux, Pontrev en breton, est une petite cité de caractère des Côtes d’Armor nichée au fond de l’estuaire du Trieux, qui compte pas moins de 50 lavoirs (tous restaurés). Pontrieux tire son origine d’un pont placé sur le Trieux entre Ploëzal et Quemper-Guézennec.

DSCF5470

La ville, de petites dimensions, possède la particularité de présenter aux visiteurs deux places triangulaires (fait très rare en Bretagne), reliées par une étroite rue pavée, la rue St Yves, bordée de hautes maisons bourgeoises.

A l’époque où mes ancêtres y habitaient c’était une cité commerciale très active. Efflam Quemper (sosa 32), ancien gendarme à cheval né en 1792 à Plestin, y tenait une auberge avec son épouse, Marie Perrine Moulin (sosa 33) en 1851. 2 de leurs fils, parmi leurs 10 enfants, seront respectivement coiffeur et perruquier également à Pontrieux.

DSCF5458
La rue des Fontaines, où Efflam et Marie-Perrine habitaient et tenaient leur auberge. Peut-être la maison à gauche, si les numéros de maisons n’ont pas changé depuis le recensement.

La rue des Fontaines où se trouvait l’auberge débouche sur la place Yves Le Trocquer, où on peut voir la maison surnommée la « Tour Eiffel » (actuel Office de Tourisme) avec sa façade à pan de bois et à encorbellement, qui date du XVe siècle. Pourquoi « Eiffel » ? personne ne le sait. Dans le passé elle servait comme tour de guet pour surveiller le port et le trafic de Pontrieux. En face de la tour, l’église « Notre Dame des Fontaines » eut sa première pierre posée le 29 juillet 1840 et fut bénit le 30 octobre 1842, l’ancienne église Saint-Yves, neuve au moment de la Révolution, ayant été vendue et démolie. Mes ancêtres ont donc vu la construction de l’église à cette époque.

DSCF5438
La maison « Tour Eiffel »

Une autre de mes ancêtres, Marguerite Olympe Lamy (sosa 17) est également née à Pontrieux en 1840. Elle travaillait dans une auberge tenue par sa mère. La famille habitait rue Grav Ned. Le père de Marguerite quand à lui, exerçait la profession de  tailleur de pierres à Pontrieux et avait Louis Narcisse Quemper (sosa 16), un fils d’Efflam comme apprenti. Et c’est tout naturellement que Louis Narcisse et Marguerite Olympe se marièrent en 1860 avant de partir vivre à Paimpol.

Pour anecdote, les premiers tickets du métro parisien ont été imprimés dans une cartonnerie de Pontrieux.

Ticket 1900 ter
Ticket de métro 1900

 

Photos : Justine Le Mée

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s