G comme Guimaëc

 

 

 

lossless-page1-1200px-Venizella.tif
Plage de Venizella, Guimaëc, France

 

Situé entre la baie de Morlaix et la célèbre côte de Granit Rose, dans le Trégor, le village de Guimaëc [gimɛk] se trouve dans le nord Finistère à proximité du département des Côtes d’Armor.  Guimaëc vient du vieux breton « gwik » (bourg) et de Saint-Maëc (Maoc ou Maeoc). Selon la légende, on tenta d’y enterrer le corps de ce saint, honoré en d’autres lieux de Bretagne, mais en vain : à chaque fois la dépouille sortait de son tombeau.

En breton, son nom s’orthographie Gwimaeg.

 

4544909

 

Guimaëc possède une très belle plage, qui est surplombée par la pointe de Beg-an-Fry, ceinturée de rochers et semée de récifs.

On trouve aussi sur la commune le monument mégalithique « Tombeau de la Fileuse Bez an inkine rez » ou « Lit de Saint-Jean ».  Et comme en Bretagne, on échappe pas aux légendes, il y en a une qui raconte que s’y l’on s’y frotte le dos on se préserve des rhumatismes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Lit de Saint-Jean ou tombeau de la fileuse près de Christ en Guimaëc

 

Au XVIIe siècle Guimaëc est une paroisse rurale d’une certaine importance. On y pratique la culture intensive des céréales depuis le Moyen-Age. Cette relative prospérité attire de nobles gentilhommes laboureurs qui y font construire de belles demeures. Guimaëc est rattaché au département du Finistère en 1791.

Mes sosas 512 et 513, respectivement Pierre Quemper (1658-1693) et son épouse Marie Queladur (1650-1716) y sont nés, s’y sont mariés et y sont décédés. Ils ont eu 5 enfants, dont René (1690-1735), mon sosa 256, qui épousera Françoise Berthou (1691-1758) une guimaëcoise elle aussi. Ils auront 10 enfants dont Yves, journalier, mon sosa 128, né à Guimaëc (1733-1809) qui épousera Marie Cotty (1733-1792), originaire de Plestin-les-Grèves une commune attenante à Guimaëc. Ils se marient à Plestin-les-Grèves d’où leurs 9 enfants seront tous natifs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Chapelle Notre Dame des Joies à Guimaëc

La paroisse de Guimaëc dépendait autrefois de l’évêché de Tréguier, et les chapelles étaient au nombre de 7.

Deux sont encore en bon état :

La chapelle Notre-Dame des Joies ou de la joie qui date du XVIe siècle fut fondée par les seigneurs de Trémédern ou de Kergomar. Elle est entourée d’un muret blanc pour le repos des pelerins. Pierre, Françoise et les autres s’y sont peut-être assis. Elle se situe a 2 kilomètres 1/2 du bourg.

Chapel Krist (chapelle du Christ, en rénovation). Datée du XVIIe siècle, c’est la plus grande chapelle de la paroisse. Elle est actuellement en cours de rénovation.

 

Agnès Quemper

 

Sources :

Généanet, Archives du Finistère, infobretagne.com, wikipedia.

Crédits photos :

Plage de Venizella, Guimaëc, France. Par G.Mannaerts — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48233758

Lit de Saint-Jean. Par GO69 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19485652

Chapelle Notre Dame des Joies en Guimaëc. Par GO69 — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19485843

Publicités

2 réflexions au sujet de « G comme Guimaëc »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s