E comme Eyjeaux

 

1200px-Église_d'Eyjeaux
L’église d’Eyjeaux. Elle date du XIIIe siècle et comporte une nef unique comprenant 4 travées dont la dernière forme sanctuaire.

Eyjeaux est une petite commune française située dans le département de la Haute-Vienne à 13 kilomètres de Limoges. Le Limousin est situé au nord-ouest du Massif central. Au cours de l’histoire, Eyjeaux a changé plusieurs fois de nom, passant de Esgallum (vallée drainée par un cours d’eau) à Eyjaux pendant la révolution, pour enfin prendre le nom actuel d’Eyjeaux.

carteCassiniEyjeaux
Eyjeaux au XVIIIe siècle. Carte de Cassini en couleur (feuilles gravées et aquarellées), issue de l’exemplaire dit de « Marie-Antoinette » du XVIIIe siècle

Mon sosa 102, Joseph Chateau y a vu le jour en 1796. Ses parents, Laurent Chateau et Jeanne Sénigou s’y sont mariés le 3 mars 1794. Elle était originaire d’Eyjeaux et lui d’un bourg pas loin, la Geneytouse. Ils étaient cultivateurs, laboureurs, dans ce beau paysage vallonné, traversé par des cours d’eau dont le principal, le Bouloux.

Eyjeaux présente de nombreux vestiges gallo-romains près du bourg. A l’époque mérovingienne, Eyjeaux possédait un atelier monétaire. Une monnaie d’or marquée  « Egalo munin Savelo mone » y a été retrouvée (un tiers d’un sou d’or).

Au XIIIe siècle, le christianisme va apporter la construction de l’église. Le Château dont la construction remonte au XIIIe-XVe et XVIe présente une tour carrée sur la façade principale, une grosse tour ronde au Nord-Ouest et des tourelles en échauguettes.

Dans les années 1790, à l’époque où mes ancêtres y résident, la commune compte 724 habitants. À partir de cette époque, des notables de la région viennent s’installer sur la commune, construisant des maisons bourgeoises. Le bourg, peu étendu, est alors constitué d’habitations rassemblées face à l’église. La commune va connaître une nouvelle activité avec l’installation de deux tuileries, aujourd’hui disparues. Un seul moulin, lui aussi disparu, figure sur la carte de Cassini, réalisée à la fin du XVIIIe siècle.

 

Agnès Quemper

Sources : Gallica, site de la ville d’Eyjeaux, Archives de la haute-Vienne, Géoportail.

Publicités

Une réflexion au sujet de « E comme Eyjeaux »

  1. Alors la quelle surprise ! c’est le village d’où sont originaires les ancêtres de mon mari sur plusieurs générations ! Jamais je n’aurais supposé le retrouver au détour d’un challenge AZ ! Bravo ! Anne

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s