B comme Bréhat

… Ou Enez Vriad, en Breton !

L’Île de Bréhat fait partie de l’Archipel de Bréhat, au large de Paimpol (Côtes-d’Armor), qui regroupe 10 îles et îlots. L’île de Bréhat constitue l’île principale de l’archipel. Elle est en réalité composée de deux îles, l’île Sud et l’île Nord, séparées par l’anse de la Corderie. Un pont-chaussée construit au XVIIIème siècle a permis de relier les deux îles.

archipel bréhat plan

L’Île-de-Bréhat est un véritable petit paradis breton, une certaine douceur de vivre y règne. Sur l’île Sud, on trouve un climat si doux qu’on la surnomme « l’île aux fleurs », en raison de la grande variété de fleurs qui s’y développent : mimosas,  agapanthes, hortensias, et mêmes des plantes plus tropicales telles que le figuier ou l’eucalyptus !

L’île Nord, en revanche, est plus sauvage et dispose d’un paysage aride. Balayée de plein fouet par les vents et marées, la végétation ne peut s’y développer.

Ce charmant archipel est atteignable à l’aide de navettes, ou, mieux, d’un petit bateau pour naviguer entre les îlots.

Ce petit moulin, que vous apercevez ci-dessus au fond au gauche, le moulin du Birlot, est un moulin à marée, c’est-à-dire qu’il fonctionne grâce à l’eau de mer ! Il a été construit  de 1633 à 1638 par le Duc de Penthièvre, seigneur de Bréhat.

Notons aussi l’église Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, située en plein bourg de Bréhat, et qui semble être restée figée dans le temps. La mention la plus ancienne inscrite sur l’église date de 1651 !

Parmi mes ancêtres de Bréhat, certains ont connu la construction de ces deux monuments. Mon ancêtre bréhatine la plus proche est Marie Allainmat, née sur l’Île de Bréhat en 1714, fille de Yves Allainmat et Marie Audren. Si cette époque est trop ancienne pour trouver des photos, voici une photo de bréhatines vers 1900, en coiffe traditionnelle :

Bréhatines

Yves Allainmat aurait vécu sur l’Île Verte, une petite île de l’Archipel de Bréhat, totalement inhabitée… à l’exception de moines, qui y construisirent un petit monastère au Moyen-Âge. Yves Allaimat réside sur cet îlot au moment de son mariage, on suppose donc qu’il devait travailler pour les moines, car il était domestique.

Beaucoup de mes ancêtres ont été inhumés dans la chapelle Saint-Guénolé, sur l’île de Béniguet, juste à côté de l’île de Bréhat. Son nom signifie « île bénie » en Breton (Enez Benniguet). La première mention de cette chapelle est faite par le pape Innocent III en 1138. Elle fut vendue en 1798, puis détruite en 1864.

 

Sources :

Geneanet, Archives des Côtes-d’Armor, Diocèse Saint Brieuc-Tréguier, Wikipédia

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « B comme Bréhat »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s