La généalogie qui rend fou

Si, la généalogie peut rendre fou… et j’en apporte la preuve !

Ces messieurs de l’état civil ne pensaient certainement pas que des siècles plus tard nous mettrions nos nez si nombreux dans leurs registres. Ce que j’ai compris en parcourant ces registres, c’est qu’il existait autant d’orthographe possible pour un prénom ou un nom de famille, que d’officier de l’état civil.

Grace à mon sosa 33 j’ai vraiment appris ce que variation orthographique veut dire :

Elle naît Marie Perrine MOULIN, fille de François MOULIN et Catherine LOHOU, en 1812 à Pontrieux (Côtes du Nord). 3 jours après, lors de son baptême en l’église paroissiale de son village, elle devient Marie Petronille Moulin, sous la plume de monsieur le curé qui avait peut-être abusé du vin de messe. Petronille…Perrine, bon on va pas chipoter hein, ça sonne pareil !

acte 1

acte 2

 

Le 15 octobre 1832, elle épouse Efflam QUEMPER, né à Plestin-les-Grèves en 1792. Il est inscrit : Marie Perrine MOULIN, fille de François LEMOULIN et de Catherine LOHOU. Ah, là, petite différence dans le nom de famille avec son père.

acte 3

 

A la naissance de son premier enfant, en 1834, elle change carrément de nom de famille : Acte de naissance de Charles Marie QUIMPER fils légitime de M Efflam QUIMPER (oups, le « e » est devenu un « i » mais ça c’est une broutille, on a vu pire) et de Marie Perrine LE VILLIN. Sur les actes de naissance de leurs 9 autres enfants ce sera la même chose.

acte 4

 

Cela commence à me titiller cette histoire : MOULIN…LE VILLIN… même consonance d’accord mais c’est loin quand même. Une petite vérification dans les recensements me permettra peut-être de trouver son vrai nom de famille (même si ils comportent beaucoup d’erreurs).

recensement

Hum… je crois qu’une vérification plus sérieuse s’impose ! Le mieux, je pense, est de retrouver ses ascendants à commencer par son père noté François LEMOULIN sur l’acte de mariage de sa fille avec Efflam Quemper. Sur les registres de l’état civil de Pontrieux, je tombe sur l’acte de décès d’un Jean-François LE VILLIN, né à Pontrieux en 1819 et fils de François LE VILLIN et de feu Catherine LOHOU.

acte 5

acte 6

 

Il est donc le frère de Marie Perrine. Par contre sur l’acte de naissance de Jean François LE VILLIN il est noté « LE VILIN»…Allez, un p’tit « l » en moins ça mange pas de pain !

Je pensais que j’étais au bout de mes surprises mais, cherchez l’erreur, sur son acte de décès qui date du 15 mars 1872, elle est à nouveau déclarée sous le nom de Marie-Perrine MOULIN.

acte 7

 

Alors, oui, la généalogie rend fou, mais c’est ça qui en fait tout le sel !

8 réflexions au sujet de « La généalogie qui rend fou »

  1. Et que diriez-vous quand votre ancêtre KLEINPRINTZ devient PETITPRINCE, juste parce qu’on a passé la « frontière » entre l’Alsace et les Vosges??? Oui, oui bien sûr ce n’était pas très longtemps après 1870, mais tout de même. Il a fallu un certain culot à cet officier municipal pour « traduire » le nom de mon ancêtre!

    J'aime

  2. Et Kemper c’est Quimper en breton. A une epoque il y a eu une francisation des noms bretons qui a causé pas mal de dégâts. Par exemple des gens dont le nom en breton voulait dire ‘le mat (de bateau) ‘ sont devenus ‘LEMAT’ en francais puis comme mat en breton ca veut dire bon, il y a eu une deuxième traduction intempestive et ils sont devenus LEBON

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s