La Korrigane

La Korrigane, ou Revanche, est un brick-goëlette construit à Paimpol en 1915 pour la pêche à la morue.

À cette époque, la pêche à Islande et Terre-Neuve bat son plein, et Paimpol est un port morutier important.

paimpol
Le port de Paimpol vers 1895

Un bateau au destin insolite
Après la Première Guerre mondiale, la Revanche devient un navire commercial, avant d’être transformée en yacht en 1928, à Lorient.

Étienne de Ganay, un homme issu d’une famille noble, la rachète en 1934 pour effectuer une expédition dans les mers du Sud. Rappelons juste que l’exotisme est une notion qui fait son apparition à la fin du XIXème siècle en Occident. Les écrivains et autres hommes fortunés deviennent alors friands des expéditions vers ces civilisations lointaines et inconnues.

Cette odyssée est soutenue par le musée d’ethnographie du Trocadéro, devenu aujourd’hui le musée de l’Homme. La Revanche devient alors vraiment la Korrigane, et donne d’ailleurs son nom au voyage.

musee
L’ancien palais du Trocadéro qui abritait le musée

L’expédition

Le navire a treize « korrigans » à son bord, dont 8 membres d’équipage et 5 organisateurs. Ces derniers sont les suivants :

Étienne de Ganay : Capitaine de la Korrigane.

Régine Van Den Broek d’Obrenan : Sœur d’Étienne de Ganay. Artiste dessinatrice, elle réalise les croquis.

equipage
Photo des 5 membres organisateurs (dans l’ordre)

Charles Van Den Broek d’Obrenan : Auteur, rédacteur du journal de bord

Monique de Ganay : Cousine de Régine Van Den Broek et épouse d’Étienne de Ganay. Elle est chargée de rédiger les fiches sur les objets « indigènes » découverts.

Jean Ratisbonne : Ami de la famille et photographe.

La petite équipe prend donc le large à Marseille le 28 mars 1934 précisément. Vers le quatrième jour, ils atteignent l’Espagne et Gibraltar, avant d’atterrir à Alger. Encore cinq jours après, les hommes aperçoivent les Îles Canaries. De là, les marins prennent la route directement vers les Antilles.

antilles
Carte des Antilles, 1843

Voici un extrait du témoignage de Charles en Martinique :

« Quand nous débarquons à Fort-de-France, à sept heures du matin, les rues sont déjà animées et les cafés regorgent de clients. Ici on boit du rhum à toute heure du jour et sous toutes ses formes. La gaité règne sur l’ile et les gens sourient sans cesse. Nous sommes accueillis partout avec une grande amabilité et les punchs se succèdent. Nous y prenons gout et nous achetons une bonne provision de rhum. »

Les hommes traversent ensuite le canal de Panama et naviguent sur l’océan Pacifique pendant près d’un an et demi. Ils parcourent d’abord la Polynésie (Tahiti, Îles Marquises et Fidji) puis la Mélanésie (Nouvelle Calédonie, Nouvelle Hébrides, Salomon, Amirautés et Nouvelle Guinée).

Le retour

Les navigateurs reviennent à Marseille le 17 juin 1936 en passant par l‘Indonésie, Ceylan (actuel Sri-Lanka) et l’Égypte.

En deux ans, ils ont rapporté plus de 2 800 objets d’une grande valeur ethnologique, ainsi que des milliers de croquis et de photos. Le voyage de La Korrigane est parfois considéré comme la dernière grande expédition anthropologique.

La plupart des ces objets furent donnés au musée de l’Homme et au musée du Louvre. Une première exposition des objets et des documents eut lieu en 1938 au musée de l’Homme, qui venait d’ouvrir ses portes, et où ils restèrent pendant plusieurs dizaines d’années. D’autres expositions eurent lieu autour des années 2000. Ces pièces se trouvent désormais au musée du quai Branly.

Par ailleurs, les Van Den Broek firent de leur expédition des livres.

Après toutes ces aventures, la Korrigane fut vendue 1938, avant de reprendre son activité de commerce et de finir coulée au Portugal pendant la Seconde Guerre mondiale.

Très attaché à l’Océanie, Charles Van Den Broek revint à Tahiti plusieurs années après l’expédition pour effectuer d’autres études archéologiques et ethnologiques. Il entreprit notamment le classement des sites et des monuments polynésiens…

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Korrigane

https://www.rosada.net/hpays/korrigane.html

http://artsdesmondes.e-monsite.com/pages/mes-pages/le-voyage-de-la-korrigane.html

http://detoursdesmondes.typepad.com/dtours_des_mondes/2014/11/la-korrigane-.html

http://wikicreation.fr/readArticle.php?notion=Exotisme

http://serieslitteraires.org/site/L-exotisme-dans-la-littA-c-rature

https://www.tahitiheritage.pf/van-den-broek-korrigane/

Photos :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s