#ChallengeAZ : X comme…Xavier Grall

« Tant qu’un homme tuera un autre homme, il y aura un article à faire. Tant qu’un gosse sera innocemment battu, il y aura un cri à pousser de par le monde »

Nous avons commencé ce challenge en parlant d’Anjela Duval, une poétesse bretonne au caractère bien trempé et nous allons presque le clore en évoquant un écrivain au caractère tout aussi entier mais plus tourmenté : Xavier Grall.

J’ai fait sa connaissance via la diffusion du film qu’Ariel Nathan lui a consacré en 2010. Dans ce film, ses 5 filles, « ses divines » ainsi que sa femme évoquent l’écrivain, le poète mais aussi le père de famille. J’ai été scotchée par ce film et j’ai eu immédiatement envie de connaître mieux ses écrits et sa vie.

Xavier Grall, épris de liberté, est pétri de contradictions, écartelé entre sa foi et l’institution religieuse. Il déclenche souvent les polémiques, ne laisse jamais indifférent. Pour preuve, en 2013, l’article de Yann Quéffelec dans le magazine « BRETONS » où il traite Xavier Grall de « breton en toc » a suscité un tollé de la part des admirateurs de la plume de Grall. Yann Quéffelec a du présenter ses excuses aux lecteurs.

Né à Landivisiau en Bretagne en 1930, Xavier Grall monte à Paris faire des études de journalisme. Il écrit des chroniques et billets dans l’hebdomadaire « La vie catholique » durant 30 ans et collabore au journal « Le Monde »Il écrit également dans le journal nationaliste la « Nation bretonne ». Parti faire son service militaire, en pleine guerre d’Algérie, il y perd la haute idée qu’il se faisait de la France; puis il se marie, s’installe à Sarcelles en région parisienne. 
En 1973, retour aux sources, en Bretagne du côté de Pont-Aven à Botzulan. Tout en continuant d’envoyer son bulletin quotidien au journal à Paris, il se consacre à son oeuvre poétique. Sa poésie, vibrante et mystique magnifie la Bretagne. 


A Pont-Aven, il retrouve Alan Stivell, les chanteurs Glenmor et Gilles Servat et d’autres encore. Il est partie prenante de la fondation des éditions KelennIl milite activement pour la modernité de la culture bretonneRebelle dans l’âme on le connait aussi pour avoir rédigé « le cheval couché » en réaction au « Cheval d’orgueil » de Pierre-Jakez Hélias qu’il qualifie de « folklorisme fossilisant ». En 1977, dans l’émission « Apostrophe », il vient se confronter à ce dernier dans un face-à-face mémorable. 


Petit extrait de ce face-à-face. Si vous avez envie de voir la vidéo le lien est juste après : 

Bernard Pivot

Mais c’est quoi la Bretagne ? C’est Botzulan seulement, c’est plus petit que la Bigoudenie.

Xavier Grall

Mon livre, c’est Botzulan seulement ?. Ah bon ? C’est votre avis.

Pierre-Jakez Hélias

Dans la mesure où le pays Bigouden…

Xavier Grall

Moi je parle de la Bretagne Monsieur, vous, vous parlez tout le temps de la Bigoudenie, alors ça me fait un peu rigoler !

Pierre-Jakez Hélias

Comment se fait-t-il que la France entière se soit reconnue dans ce que je dis de la Bigoudenie ?

Xavier Grall

La France entière moi je m’en fous moi, moi je parle de mon pays, aux bretons d’abord, et figurez-vous que même la France entière, peut-être elle va commencer à l’écouter aussi… grâce à nous, en partie.


Le lien de la vidéo

 
Xavier Grall nous quitte à l’âge de 51 ans en 1981. Se sachant condamné par la maladie, il écrivit Solo (1981), un poème magnifique qui est à la fois prière et testament. Toute son oeuvre a été récemment rééditée par « Terre de Brume ».


Texte : Agnès Quemper

Sources : 
ina.fr
Ouest-France
Wikipedia
arielnathanblog
Magazine  » BRETONS « 
http://www.pontaven.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s