#ChallengeAZ : L comme…Léon ou Trégor

Votre mission, si toutefois vous l’acceptez, sera d’identifier cette jeune femme sur cette photo !

Vos armes : de la patience, de la ténacité, un bon sens de la déduction, ainsi qu’une loupe et un ordinateur.

OK ! j’accepte ! c’est parti pour la mission « Léon ou Trégor »
Mon début de piste
Cette photographie dont je n’ai que la copie, était dans les affaires d’une sœur de mon papa avec la photo de mon arrière grand-père paternel Louis OLIVIER, né à Morlaix en 1889; ce pourrait être un cliché de sa femme, Marie-Yvonne LE LAY sur laquelle j’ai très peu d’informations ni même son lieu de naissance. Et pourtant j’ai cherché, mais il y a des personnes comme cela qui nous filent entre les pattes, qui nous donnent du fil à retordre… tant mieux, quand je trouverais ce sera d’autant plus gratifiant !
Je regarde son visage ; à qui ressemble t-elle dans la famille ? pas facile à déterminer…cette photo date du début du XXème siècle, c’est loin…
Bon, voilà comment je vais procéder :
A priori vu la coiffe c’est une bretonne. Bon ça c’est facile ! Mon premier réflexe : aller voir les coiffes bretonnes sur internet…ouh la la, il y a autant de coiffes que de jours dans l’année ! et certaines se ressemblent terriblement ! Cela va être un sacré casse tête ! je ne suis pas une spécialiste de la coiffe moi ; Facebook mon ami, viens vite à mon secours !!!
Je poste la photo sur les groupes généalogiques finistériens et costarmoricains où l’on me dit que la coiffe est du Trégor; donc la jeune femme serait originaire du Trégor (Bro-Dreger en langue bretonne)…mais la coiffe trégoroise s’étendait avec homogénéité sur tout l’ensemble du territoire même à Morlaix, vu que le Trégor comprend la partie nord-ouest du département des Côtes-d’Armor et une petite partie du nord-est du Finistère, jusqu’à la rivière de MorlaixLa ville de Morlaix est, pour sa rive droite, en Trégor et pour sa rive gauche, en Léon (bro Leon en langue bretonne). Le Léon forme la pointe nord ouest du Finistère. Donc la frontière est ténue entre le Trégor et le Léon…

 
 
 

 
Alors, je me concentre sur le cachet en bas de la photographie ; avec ma loupe j’ai l’impression d’être Sherlock Holmes, à la recherche du moindre indice.
Zé Launay…Rezé-Launay…Grrr pas moyen de lire le début du nom. Pas grave, je retourne sur internet et après plusieurs clics je trouve le nom du photographe : Mazé-Launay, un photographe portraitiste installé 7, rue des vieilles murailles à Morlaix et qui officiait au début du XXème  siècle. Yess !
Kesako alors ?
Plusieurs hypothèses
Ce n’est peut-être pas Marie-Yvonne LELAY sur la photo alors mais une personne du côté de ma famille paternelle branche QUEMPER. Ils étaient établis à Paimpol à cette époque là et Paimpol c’est dans le Trégor-Goëlo !  la coiffe de Paimpol, la toukenn, est bien différente, beaucoup plus fine, donc…je laisse cette piste de côté.
Dommage, je n’ai pas le cliché original, sur le dos duquel j’aurais peut-être trouvé un prénom ou un nom…
Alors elle est peut-être née dans le Trégor (hors Paimpol) et serait venue par le train se faire tirer le portrait à Morlaix. Depuis son invention au XIXème siècle, la photographie a toujours eu une place particulière à Morlaix ; dès 1840 le daguerréotype arrive dans cette ville grâce à l’arrivée du chemin de fer et de l’importance du trafic maritime.
On m’a suggéré que peut-être le photographe de Morlaix s’était déplacé dans le Trégor. Mais la photo a bien été prise en studio vu l’éclairage ; ce n’est pas l’œuvre d’un photographe itinérant.
Ou alors elle serait de Morlaix ou de sa région vu que son mari Louis OLIVIER est natif de Morlaix et que ma grand-mère, leur fille, Marguerite OLIVIER est née à Plougonven du côté de Morlaix donc c’est cohérent. Du coup, j’ai farfouillé dans les archives en ligne de Morlaix en cherchant son acte de naissance aux environs des années 1896 vu qu’elle avait 24 ans en 1920, à la naissance de sa fille….mais rien ! pas trace d’une Marie-Yvonne LE LAY !
Je trouve à force de regarder cette photo que la jeune femme a des faux airs des tantes de mon papa côté OLIVIER. Donc ce serait bien elle.
Hum, Subjectif comme réflexion; mais j’ai appris qu’en généalogie il faut parfois suivre ses intuitions; c’est grâce à elle que j’ai souvent réussi à débloquer mon arbre généalogique.
Le mieux à faire je pense c’est de projeter un petit voyage histoire de pouvoir consulter les listes des recencements  aux archives du Finistère vu que je suis sûre qu’elle était sur Plougonven en 1920…héhé et qui dit recensement dit notification de sa ville de naissance.
Voilà où j’en suis dans mes réflexions…je n’aurais peut-être jamais de réponse quand à l’identité de cette jeune femme ! mais je continuerai à chercher, c’est ce qui fait le sel de la généalogie !
 
Texte : Agnès Quemper
 
Sources : Archives personnelles. Gallica. Facebook.
Publicités

3 réflexions sur “#ChallengeAZ : L comme…Léon ou Trégor

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s